Superflu [Fantasmagories n° 4]

Il est des soirs comme des crépuscules.

La mort rode, repartira bredouille, avec les restes du festin.

Le poil a décidé, se hérisser est son intention, se torturer sous la peau son destin, provisoire dites-vous ?

Et sous les chaumières on parle insignifiance, qui a nom élections.

Pauvres (h)ères : il faut en parler mais point le dire ; est plus fort le cri des entrailles, de déchirures en béances ; tragique ce silence, d’accomplissements sournois ; silence, silences ; décence si vous pouvez.

Mais la voix qui se tait n’est pas muette

JFAK

[Texte écrit le soir d’élections qui amenèrent l’extrême droite, le Front National, à l’Assemblée nationale française]

Istanbul bis

Une réflexion sur “Superflu [Fantasmagories n° 4]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s